Le Royaume d'Undarosmfell

Univers médiéval-fantastique
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Styx ->

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rekk
Webmestre
avatar

Nombre de messages : 351
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/02/2005

Feuille de personnage
Intelligence:
30/60  (30/60)
Dextérité:
30/60  (30/60)
Vigueur:
30/60  (30/60)

MessageSujet: Styx ->   Ven 2 Mar 2012 - 19:57

Styx ->

Caridris (de son vrai nom Carl Tidris)
Race : Humain
Classe : Guerrier
Langue : Humain + une autre au choix (qu´est-ce qui te paraîtrait le plus probable ?)
Niveau : 2
Age : 24 ans
Alignement : Neutre strict
Poids : 82kg
Taille : 1m90
Apparence : Caridris est un grand humain aux cheveux noirs et au visage peu expressif et couvert de cicatrices. Ses yeux noirs brillent d´une étincelle de tristesse et de pitié qui ne semble jamais pouvoir s´éteindre. Au combat, il porte une armure faite de cuir noir, de mailles et de plaques, agrémentées ça et là de pointes menaçantes, surtout au niveaux des épaules et des avants bras. Son arme fétiche, une longue chaine cloutée lestées au deux extrémités est couvertes d´entailles légères, chacune représentant un meurtre sur la conscience de Caridris.

Historique : Certains combattent pour la gloire ou pour l´honneur, d´autres combattent pour les richesses, pour des terres ou d´autres formes de pouvoir. Certains combattent pour étancher leur soif de sang ou combler leur ennui. D´autres encore prennent les armes pour se défendre, défendre leurs vies, leurs familles et leurs biens. D´autres enfin ne combattent pour aucunes de ces raisons. Caridris est de ceux là.

Deuxième fils d´une modeste famille de paysans du comté de Malencourt, le jeune Carl Tidris vit son père revenir d´une bataille avec une jambe coupée, bientôt remplacé au front par son frère ainé, qui mourut au combat dans la même année. Il vit son père sombrer dans l´alcool et sa mère dans le chagrin. Il vit la guerre dévaster sa famille. Lorsque lui-même fut convoqué parmi la soldatesque du comté pour une nouvelle campagne militaire, il put enfin saisir l´horreur de la guerre, l´atrocité des combats, les corps broyés par la violence et rongés par les maladies. Partout où il posait les yeux, il ne voyait que mort et désespoir, immense fleuve de sang charriant les corps anonymes de centaines de guerriers pour le bon plaisir de seigneurs et de roitelets avides de prestige, de gloire et de pouvoir, pavanant comme des coqs sans se soucier de tous ceux qui payaient de leur souffrance et de leur vie l´orgueuil de leurs maîtres. Là, sur un de ces champs de bataille, Carl Tidris mourut parmi les anonymes. Il cessa de feindre la mort plusieurs heures plus tard, quand seuls les pillards et les charognards hantent encore les champs de mort. Officiellement mort, le jeune homme récupéra ici et là armes et fragments d´armures sur les cadavres qui en possédaient encore, et devint mercenaire sous le nom de Caridris, un choix paraissant paradoxal pour quelqu´un comme lui qui haïssait la guerre, et pourtant mûrement réfléchi.

S´il désirait la paix, il n´était pas idiot au point d´ignorer qu´il était impossible d´y parvenir sans prendre les armes. Le seul moyen d´empêcher les guerres inutiles aux yeux du jeune homme ? Faire naître la peur parmi les belligérant, introduire l´appréhension dans leur coeur et le doute dans leur raison, afin qu´un jour peut-être, on y réfléchisse à deux fois avant d´assaillir son voisin. Alors autant devenir mercenaire, autant faire naître cette peur dans leurs yeux, autant faucher les enragés et les assoiffés comme le jugement dernier fauche les impurs, même si le fardeau de chacune des vies prises pour s´approcher d´un monde sans guerres inutiles pèse chaque jour un peu plus sur ses épaules, même si le souvenir des sacrifices consentis ne s´effacera jamais, même si à chaque bataille son arme fétiche s´orne d´une ou plusieurs encoches de plus, une pour chaque vie dont elle a coupé le cours. Car pour que tout cela cesse, il lui faut être impitoyable. Car pour que tant de familles ne soient plus brisées par la guerre, il faut qu´il soit craint. Car pour chaque veuve maudissant son nom, peut-être y´aura-t-il un jour deux enfants qui ne connaitront pas la guerre. Car pour que l´espoir demeure, il lui faut être l´Ennemi.

Car il est Caridris le Croque-Mitaine, l´Amant de la Mort et de la Terreur...


Équipement de départ souhaité : Chaine cloutée (si possible de maître Wink), dague coup de poing et armure de bric et de broc (compte comme une chemise de maille (à moins que tu autorises le harnois ? :ol:)
Caractéristiques :
FO : 17
DE : 14
CO : 14
IN : 13
SA : 10
CH : 8

PV : 14 + 1d10
CA : 17

Compétences :
Artisanat (fabrication d´armes) 5
Artisanat (fabrication d´armures) 5
Intimidation 5
Dressage 5

Dons :
- Maniement d´armes exotique (chaine cloutée)
- Expertise du combat
- Science du croc en jambe
- Arme de prédilection (chaîne cloutée)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Styx ->
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume d'Undarosmfell :: Annexes :: [D&D 3.5] La guerre d'Hoggvadale-
Sauter vers: