Le Royaume d'Undarosmfell

Univers médiéval-fantastique
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La cité-état de Silverberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rekk
Webmestre
avatar

Nombre de messages : 351
Réputation : 0
Date d'inscription : 15/02/2005

Feuille de personnage
Intelligence:
30/60  (30/60)
Dextérité:
30/60  (30/60)
Vigueur:
30/60  (30/60)

MessageSujet: La cité-état de Silverberg   Ven 2 Mar 2012 - 23:28

Le Royaume sous la Montagne Blanche et la cité naine de Silverberg

Au delà de la cité se situait le monde extérieur, que peu de nains connaissaient, hormis les bûcherons et les charbonniers. Ceux-ci travaillaient sur les flancs de la Montagne Blanche pour fournir le bois et le charbon nécessaire au fonctionnement des forges.

Passée un puissant châtelet d'entrée qui protégeait les portes de la cité et abritait une forte garnison, s'ouvrait une vaste cavité souterraine de 56 toises de large (100 mètres) sur 83 toises de long (150 mètres) soutenue par de massifs piliers : les Halles. Cette cavité et les bâtiments qui la bordaient formaient le quartier des Halles. Ce quartier était le plus petit, mais aussi le plus important et le seul taillé à hauteur des créatures de taille moyenne et qui leur soit accessible.

Le quartier des halles

En face du châtelet, un majestueux Palais Royal, lieu de résidence du Roi et de la vie politique. Une large galerie, la plus large de la cité, le séparait d'une Chambre des Métiers, lieu de réunion commune aux groupements de métiers de la cité. Cette galerie pénétrait dans le quartier des fèvres.

A gauche du châtelet, la Commanderie de l'Ordre de Brimir, ordre militaire des piétons nains, comportait divers corps de bâtiments. A sa suite, le Grand Temple dédié à Brimir qui jouxtait la faculté de Théologie, une des quatre qui formaient l'Université du Royaume. Puis la Librairie du Roi, des archives et une bibliothèque royale accessibles à tous les lettrés. Ce côté menait au quartier des drapiers.

A droite, une série d'auberges et de tavernes, dont la fameuse Taverne du Tranchoir. Ce côté donnait sur le quartier des maçons.

Le quartier des Halles était le lieu idéal pour trouver des denrées et objets d'importation sur les marchés hebdomadaires, qui réunissaient les artisans locaux et les marchands étrangers. Les échoppes des artisans étaient regroupées par quartier puis par galerie. Là, se trouvaient d'autres matériels adéquats à une expédition.

Les trois autres quartiers étaient taillés à hauteur de nain et donc étaient accessibles aux créatures de taille petite pour une raison défensive. En effet, des galeries étroites et basses interdisaient leur accès aux grandes créatures ennemies des nains, et entravaient la progression des créatures de taille moyenne, qui étaient obligées de baisser la tête, et donc en devenaient que plus vulnérables.

Ça et là, dans ces quartiers, une taverne, un apothicaire où trouver des épices et remèdes, un médecin, une boulangerie où trouver du pain de route des nains, etc.

Le quartier des Fèvres


Armoiries de la Corporation des Fèvres

Sous la bonne garde de la Corporation des Fèvres, les artisans du fer exerçaient dans un même quartier. Les maîtres de forge ouvraient boutiques le long d'une même galerie. Chaque artisan était spécialisé : là, la galerie des fèvres, fabricants d'armes blanches et de boucliers en métal, ici, la galerie des haubergiers, fabricants de cottes de mailles et autres armures de métal, plus loin, la galerie des heaumiers, fabricants de heaumes et autres casques. Et bien sûr, parmi tant d'autres, les argentiers, fabricants d'objets en argent et argenteurs, ouvrier spécialisé dans la fixation d'argent en feuilles purs sur divers supports, qui font la renommée du Royaume.

Le quartier des Maçons


Armoiries de la Jurande des Maçons

Sous la coupe de la Jurande des Maçons, travaillaient, certes les artisans de la pierre (sculpteurs de pierre, tailleurs de pierre, etc.) mais aussi les artisans du bois : des artilliers, fabricants d'arcs et de tubes de leur projectile, des écassiers, fabricants d'écus et autres boucliers en bois, des menuisiers, fabricants de hampes d'outils et d'armes, des chapuiseurs confectionnaient les armatures de bois de selles pour monter les poneys et des bâts pour transporter des fardeaux sur les bêtes de somme. Et beaucoup d'autres.

Le quartier des Drapiers


Armoiries de la Hanse des Drapiers

Sous le joug de la Hanse des Drapiers, divers artisans du textile et du cuir pratiquaient leur art : des drapiers, bien sûr, mais aussi, des fourreliers fabricants de fourreaux d'armes en cuir bouilli, des fourreurs-pelletiers transformaient les peaux en fourrures, des parcheminiers fabriquaient avec des peaux des parchemins, des gantiers, des chapeliers, des chausseurs fabriquaient des chausses et des bottes, des cordiers fabriquaient des cordes, des tailleurs fabriquaient des vêtements sur mesure, etc.

Les mines


Armoiries de la Guilde des Mineurs

En deçà de la cité, sous la responsabilité de la Guilde des Mineurs, le réseau de mines de galène argentifère, infesté de kobolds et autres créatures de la terre.

Pour acheter le matériel manquant, il suffisait de se rendre au bon endroit...
_________________
Bibliographie :
- BOILEAU Etienne (XIIIe s.), Le livre des métiers : XIIIe siècle, publié par René Lespinasse et François Bonnardot, Stakline Reprints, Genève, 1980, 420 p.
- FOSSIER Robert, Le travail au Moyen Age, Hachette Littérature, Paris, 316 p.
- GAUCHARD Claude, DE LIBERA Alain et ZINK Michel (ss dir.), Dictionnaire du Moyen Age, "Quadrige", PUF, Paris, 2002, 1548 p.
- HEERS Jacques, La ville au Moyen Age, "Pluriel", Hachette Littérature, Paris, 1990, 552 p.
- LAMBRECHTS Pascale et SOSSON Jean-Pierre, Les métiers au Moyen Age : aspects économiques et sociaux (actes du colloque international de Louvain-la-Neuve, 7-9 octobre 1993), Université Catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 1994, XI-430 p.
- LE GOFF Jacques, La civilisation de l'Occident médiéval, Flammarion, Paris, 366 p.
- REYNAUD Paul, Dictionnaire des vieux métiers : 1200 métiers disparus ou oubliés, Brocéliande, Paris, 62 p.

Sitographie :
- Le site Les vieux métiers.
- Un site sur Liège en 1737 et ses trente-deux Bons Métiers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La cité-état de Silverberg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume d'Undarosmfell :: Au-delà du Royaume :: Le reste du monde connu :: Le Royaume-sous-la-Montagne-Blanche-
Sauter vers: